Indice Trevi Juin 2006

06Juil

INDICE TREVI

1er JANVIER 2006 : 106,10
1er AVRIL 2006 : 107,10
1er JUILLET 2006 : 108,78

Nous terminons le 1er semestre de l'année avec une hausse de 2,51%.par rapport au 1er janvier 2006.

Il est intéressant de constater que par rapport au 30 juin 2005, soit une année complète d'activité, la hausse a été de 5,44%, soit dans le même rythme, semble-t-il, que les 6 derniers mois.

En analysant les valeurs de manière plus précise, nous constatons que la hausse modérée,a été observée de manière constante et uniforme quasi dans chaque région du royaume à l'exception du Limbourg et de la région Anversoise, légèrement à la traîne.

Nous remarquons par rapport au trimestre précédent que les maisons individuelles ont progressé plus vite que les appartements, tandis que les immeubles de rapport ont stoppé leur hémorragie pour se stabiliser légèrement à la baisse par rapport au 1er janvier 2006.

Nous sommes agréablement surpris par le niveau de l' Indice que nous pensions stable par rapport à celui du 1er trimestre 2006 . Cette vigueur du marché démontre en tout état de cause qu'on est loin du crash que certains auraient voulu mettre en avant. Le scénario qui s'est mis en place voici près de 12mois continue à prendre corps, le soft landing espéré est bien en route et semble s'installer pour une assez longue période.

Nous avons estimé que l'année 2006 se solderait par une hausse au rythme annuel de ± 3,5% à 4% soit un objectif pour ramener l'Indice TREVI aux alentours de 110,35.

Pour rappel cet indice a été conçu le 1er janvier 2005 avec une base 100.

L'objectif semble en bonne voie d'être atteint et même dépassé, il nous intéressera particulièrement de connaître l'indice au 30 septembre 2006 qui permettra de communiquer au marché une orientation plus précise.

En tout état de cause nous sommes d'avis que le marché résidentiel restera dans un rythme plus calme pour 2007que les 12 derniers mois de 2006 et aucun élément ne semble venir perturber ces prévisions.

La hausse sera probablement plus faible sur les deux derniers trimestres mais la différence ne devrait pas être fort sensible. Nous enregistrons des échos d'un certain nombre de nos confrères qui semblent accuser le pas et connaître un recul de leurs ventes. Mais néanmoins, nous constatons que les agences immobilières les plus professionnelles réalisent un nombre constant, voire même croissant de transactions.

Nous voulons également attirer l'attention des propriétaires et des acquéreurs sur le climat dans lequel les transactions ont lieu.

Il se tend et se durcit démontrant que l'équilibre observé sur les prix pratiqués se conjugue avec un équilibre de rapport de force entre les parties.

Le temps ou le vendeur pouvait se permettre d'être attentiste est révolu. Place aux équilibrages de marché. Nous constatons d'ailleurs que les biens évalués à leur juste valeur continuent de trouver acquéreur rapidement.