Indice TREVI au 30 septembre 2006: 109,65

19Oct

Dans le contexte actuel relatif aux augmentations de prix de l’immobilier, la communication de l’indice TREVI semble particulièrement importante. Sans doute est-il inutile de rappeler à ce stade que cet indice est repris sur une étude systématique de plus de 7000 données, sur l’ensemble du territoire belge et pour l’ensemble de tous les biens immobiliers confondus (maisons – immeubles de rapport – terrains – appartements). Les données émanent de toutes les sources possibles : particuliers, notaires, agents immobiliers. Nous persistons à dire que seule une vue macro économique large peut se targuer de donner une chiffre crédible sur l‘évolution du marché immobilier.

Que s’est-il passé durant ce troisième trimestre ?

Nous avons lu çà et là que certains reprenaient aujourd’hui les commentaires que nous avions émis voici près d’un an, relatifs au soft landing. A notre humble avis, la situation aujourd’hui doit être comprise différemment. Nous arrivons à une stabilisation du marché qui s’affirme chaque mois d’avantage. Il faut donc plutôt parler de « flat-market ». Evitons d’être en retard d’une guerre quand nous livrons nos commentaires. Notre rôle en tant que professionnel est de donner une image « spot » la plus exacte possible du marché immobilier. Voilà l’objectif auquel l’indice TREVI tente de répondre tant pour les professionnels que pour les particuliers.

« Flat Market » disions nous. Phénomène d’autant plus remarquable que cette fois l’ensemble des régions et l’ensemble des types de biens (maisons – appartements – maisons de rapport – terrains) semble marcher au pas dans cette procession stabilisatrice. Etonnante homogénéité que nous n’avons pas vu se manifester de manière aussi nette depuis des années.

Alors, puisque le marché semble donner raison aux prévisions que nous avions émises, pourquoi ne pas se risquer au difficile et dangereux jeu des pronostics.L’enjeu est simple : prévoir la tendance de l’indice TREVI au 31/12/2006. Chiffre d’autant plus important qu’il permettra de définir annuellement la hausse constatée pour l’ensemble de l’année 2006.

Et bien contre toute attente, nous voyons un léger recul et il ne nous étonnerait pas que l’indice TREVI clôture l’année 2006 dans une zone très proche de 109. La conjugaison d’une demande plus rationnelle (mais restant à un niveau acceptable) et d’une offre en augmentation, dans un contexte de hausse du taux (faible, certes), devraient y conduire.

Comme nous le répétons régulièrement, nos avis se veulent indicatifs et certains micro marchés peuvent toujours échapper aux tendances. Toutefois, l’information qui vous est transmise pour but de donner une tendance globale qui s’avérera toujours plus intéressante qu’une analyse pseudo-détaillée d’un micro marché dans lequel le nombre de transactions rend toute étude statistique terriblement aléatoire.

Nous donnerons lors de nos commentaires accompagnant l’indice au 31.12.2006 un aperçu de nos prévisions pour l’année 2007. Les questions des banquiers, promoteurs, investisseurs et même de nombreux particuliers nous prouvent à quel point le marché a besoin de voir plus clairement comment l’avenir se dessinera.