Indice TREVI au 31 mars 2007

26Avr

L’indice TREVI établi au 31 mars 2007 enregistre une totale stabilisation sur le premier trimestre de cette année. Pour mémoire, notre indice s’élevait au 31 à 109,25.

Cette parfaite stabilisation du marché résidentiel national belge correspond remarquablement bien à la notion de « flat market » que nous avions reprise comme caractéristique de 2007. Nous ne pensions d’ailleurs pas que la stabilisation serait aussi marquée.

Elle nous conforte dans l’analyse globale, relative à un assainissement bénéfique du marché, que nous avions communiquée. Elle montre clairement que tant  pour les acquéreurs que pour les propriétaires vendeurs l’heure est à la raison et à la sagesse. Tant mieux !

Ceci devrait conforter d’ailleurs la reprise progressive mais salutaire d’un marché locatif encore aujourd’hui fort anémique. En effet ceux qui avaient spéculé sur un tassement des prix de vente après la hausse spectaculaire de ces dernières années en seront pour leurs frais. Nous le disons haut et fort : le marché résidentiel belge montre décidément une tranquille capacité d’autorégulation par rapport aux autres marchés européens. Il ne connaîtra pas de baisse spectaculaire contrairement à ce qui a pu être observé sur le marché espagnol déjà en décrue ou sur le marché irlandais actuellement très spéculatifs.

Progressivement nous pronostiquons que la croissance économique retrouvée, qui se traduit par un regain d’activité dans le département « Immobilier d’entreprise » de notre groupe, aura des répercussions positives  sur le marché locatif résidentiel.

L’augmentation du nombre de poste de travail dans les entreprises petites, moyennes ou multinationales mais aussi la construction progressive de l’échiquier européen nous  apporteront dans 12 à 18 mois une recrudescence de l’activité locative.

Elles auront pour effet immédiat de relancer raisonnablement mais significativement à partir de mi 2008-2009, les prix de vente.

Nous ne cessons de le dire à qui veut l’entendre : l’immobilier résidentiel en Belgique n’est encore qu’à ses balbutiements dans son développement. Les 10 prochaines années vont permettre d’enregistrer de sérieuses plus-values.

L’émergence de grands opérateurs, guidés par des professionnels qui connaîtront réellement leur marché, aura comme conséquence des équilibrages de leur portefeuille en augmentant la proportion dans le résidentiel.

 

Nous rappelons aussi que les investisseurs traditionnels de notre pays ont toujours eu  la particularité de se pencher jusqu’à présent sur le marché du bureau et de l’industriel.

Cette déconsidération incompréhensible tant vis-à-vis du retail que du résidentiel devient obsolète.

La diversification ainsi opérée n’est-elle pas aussi le meilleur gage de la sécurité en matière de placements.

Ajoutons aussi que dans un pays où l’investissement immobilier résidentiel présente autant d’avantages fiscaux, nous ne comprendrions pas qu’il en soit autrement. L’indice TREVI est un des instruments les plus clairs mis en place permettant de sentir ou mieux encore pressentir les tendances et aider à la prise de décision.

Nous restons à ce stade dans la logique que nous annoncions voici quelques mois tout en réaffirmant qu’aucun élément, aujourd’hui, ne semble être de nature à relancer ou perturber la stabilisation constatée.