INDICE TREVI AU 30 JUIN 2007

05Juil

L’indice Trevi au 30 juin 2007atteint son 2ème plus haut niveau, depuis sa création à 109,42 en très légère hausse par rapport à mars 2007 (109,24).

Pour mémoire, comme le rappelle le graphique c’est au 30/9/06 qu’il avait atteint son pic à 109,60.


Sans vouloir verser dans l’auto satisfaction, le groupe Trevi constate avec objectivité que les prévisions qu’il avait communiquées se vérifient avec une régularité de métronome et ce ne sont vraissemblablement pas les 3ème et 4ème trimestres de l’année 2007 qui nous démentiront.

Le marché équilibré que nous avions pressenti se vérifie, se confirme , jour après jour. Les petites corrections de marché se produisent sans à coup et sans dégager derrière elles une réelle tendance.

Nous ne cautionnons que partiellement les communiqués de certains acteurs du marché faisant état d’une hausse significative du marché. Il faut relativiser ces chiffres d’une tendance d’aujourd’hui.

La question que nous nous posons tous concerne plutôt les prévisions pour les prochains mois et même l’année 2008. Voilà qui nous semble essentiel pour chaque propriétaire que nous sommes ou que nous allons devenir mais aussi pour les promoteurs qui étudient dès maintenant des projets qui verront le jour en commercialisation l’année prochaine.

Il est vrai que, ce dernier trimestre, certains segments de marché ont mieux performé (maisons en Flandre, immeubles de rapport dans toute la Belgique) mais le point essentiel est que les écarts ne nous semblent pas suffisants pour en retirer une tendance sauf si le communiqué n’est qu’un coup médiatique !

Il suffit de descendre dans la rue et d’interroger les agents immobiliers pour se convaincre de la réalité du marché actuel.

Comme nous l’avions indiqué, notre sentiment reste optimiste. Cet optimisme s’amplifie même pour l’année 2008 tandis que nous restons sur une prévision stable pour le reste de cette année.

Alors pourquoi ce « Vivement demain ! ».

Plusieurs facteurs se conjuguent pour étayer une thèse de hausse plus marquée à partir de mi-2008 :

        1.Intérêt toujours plus marqué d’acteurs internationaux

 


Des groupes irlandais, espagnols, israéliens, américains viennent investir sur notre marché persuadés de son potentiel de hausse. Ils viennent ainsi concurrencer les Français, Allemands et Anglais actifs depuis quelques années.

Comment ne pas évoquer ici l’acquisition qu’un groupe irlandais vient de réaliser à l’îlot VAN MAERLANT – BELLIARD afin d’y construire ± 22.600m² de logements : logements en partie à prix conventionnés et en partie à prix libres, 1.600m² de commerces à 1000m² d’installation collective.

La somme de 17.800.000 € payée pour ce terrain démontre tout l’intérêt que le promoteur – investisseur a pour notre pays et ses attentes pour le futur.


 

 

2.Bourse au zénith mais après…


Il n’est pas improbable que certains investisseurs prudents dégagent une partie des bénéfices réalisés sur les 3 ou 4 dernières années. On ne saurait que les féliciter de leur prudence ou de se rappeler qu’il faut parfois sortir de ce type d’investissements avant une déconfiture plus brutale.


Voilà pourquoi, nous pensons que le marché immobilier belge a encore aujourd’hui de belles perspectives devant lui . Il faudra bien sûr surveiller certaines vélléités taxatoires que le gouvernement pourrait à un moment ou un autre envisager en ponctionnant des revenus locatifs. Nous ne pourrons que lui conseiller la plus grande prudence en la matière car les équilibres sont fragiles et l’imposition indirecte qui frappe déjà aujourd’hui les propriétaires n’est pas négligeable du tout !