Nouvel Indice TREVI au 30/09/2007

10Oct

UN MARCHE STABILISE ET SELECTIF !

VIVE LES « BLUE CHIPS » IMMOBILIERS !

 

Les initiés du langage boursier connaissent depuis belle lurette ce que l'on décrit comme des sociétés « blue chips ». Ce sont celles qui par leur activité et leurs fondamentaux économiques (cash-flow, marge bénéficiaire, fonds propres..) représentent des valeurs sûres et stables.

Il semble qu'aujourd'hui cette notion pourrait être appliquée dans le marché immobilier

 

POURQUOI ?

 

Une première lecture des chiffres de notre indice TREVI au 30/9/2007 témoigne évidemment, avec une grande limpidité, de la stabilisation du marché dans son ensemble.

Cette analyse est corroborée par le diagramme montrant l'évolution de l'indice depuis sa création au 1er janvier 2005.

A cet égard, nous constatons que nous sommes exactement au chiffre du 30/9/2006.

Avouons qu'il est difficile de trouver plus bel exemple de la stabilisation du marché.

 

Si l'on regarde plus avant les chiffres et nos bases de calcul nous retirons par contre deux enseignements qui nous paraissent plus essentiels à ce stade :

 

  • Sur le plan géographique, le marché a connu une évolution quasi identique dans chacune de ses provinces.

Cette uniformisation est d'autant plus remarquable que cela n'avait pas été marqué les trimestres précédents d'une manière aussi évidente.

 

  • Evolution légèrement différente selon les biens.

Nous constatons au sein de ces chiffres que les produits considérés n'ont, par contre, eux pas évolué de la même manière.

Voilà qui nous conduit tout naturellement à la notion de « blue chips » que nous souhaitons mettre en exergue.

Lorsque nous constatons que les maison unifamiliales agréables et en bon état, avec un jardin (maisons de petites tailles, mais au charme architectural certain) performent nettement mieux que les maisons bel étage de volume habitable identique construites dans les années 60-70 ou bien encore que des appartements de charme des années 1920 aux surfaces bien ajustées à la demande, continuent leur progression de manière plus forte que des appartements de dimension similaire dans de grandes entités, nous pointons du doigt un élément d'importance capitale pour les mois à venir.

 

L'investissement dans l'immobilier « blue-chips » c'est-à -dire qui recueille l'intérêt le plus solide, continue à être performant au détriment des biens plus classiques, traditionnels ou moins adaptés à la demande.

Les différences sur les plus-values peuvent être importantes ; selon notre estimation sur les 12 mois à venir, elles devraient approcher ± 5% (de -5% pour les biens les moins demandés à + 5% pour les biens « blue chips »).

 

Les plus-values à plus long terme resteront bien entendu aussi proportionnelles à condition qu'aucun effet de marché ne vienne chambouler le paysage immobilier actuel.

Les futurs membres d'un gouvernement qui finira bien par voir le jour dans les mois à venir ont dans leurs mains la dynamite qui pourrait faire exploser toutes nos prévisions si elles allument la mèche fiscale de manière inconsidérée en frappant ainsi injustement les centaines de milliers de propriétaires. Nous ne serons pas alors à l'abri d'une détérioration rapide.

A ce stade il n'en n'est rien et nous éviterons de plonger dans la sinistrose de ce sensationnalisme que rien ne justifie concrètement. Par conséquent, nous continuerons résolument à être positifs à partir du 2ème semestre 2008 quant à une remontée des prix mais confirmons par ailleurs notre pronostic sur la neutralité du marché d'ici là.